© 2017 EPS Partenaires - Tous droits réservés - info@epspartenaires.com - 122, rue de Provence - 75008 Paris 

Quelles alternatives aux fonds monétaires ?

Quels fonds par défaut dans les dispositifs d’épargne d’entreprise ?

 

La présente synthèse a été inspirée par la table ronde de l’Observatoire EPS de l’Epargne d’Entreprise qui s’est tenue le 22 mars 2016. Nous remercions tout particulièrement pour leurs contributions essentielles :

  • Christophe Belhomme, Head of Investment Office - ABERDEEN AM

  • Hervé Lavisse, Directeur Rémunération & Contrôle de Gestion Sociale - SUEZ

  • Nagi Nasr, Head of Alternative Solutions - CANDRIAM

  • Mikaël Pacot, Head of Money Market - AXA IM

  • Patrice Plouvier, Responsable des Solutions Financières Epargne Retraite Entreprise - AXA

  • Hubert Clerbois, Sébastien Roy, Associés - EPS Partenaires

 

 

  EN RESUME...

 

 

  • Pour ceux qui en douteraient encore, la situation des taux négatifs va durer. Il est utopique de penser que les fonds monétaires pourraient s’affranchir de leur univers d’investissement et du contexte règlementaire pour produire des rendements positifs. Dans l’environnement actuel où le coût du risque est totalement biaisé par l’action des banques centrales, le profil rendement / risque des actifs monétaires et obligataires est asymétrique : ajouter plus de risque n’apporte que peu de rendement additionnel. Les temps ont changés et il faut savoir accepter des rendements plus faibles en attendant des jours meilleurs

  • Pour les salariés qui épargnent dans leurs dispositifs dans une optique de moyen terme, il est impératif de prendre conscience que le risque de pouvoir d’achat prime sur le risque de perte en capital. Le monétaire n’est donc probablement pas la bonne solution pour eux. Les alternatives existent (fonds diversifiés ou flexibles prudents, fonds de gestion « alternative »…). Ils doivent néanmoins réaliser que le surcroit de rendement visé nécessitera une prise de risque accrue et que l’objectif de rendement/risque doit être considéré à terme (5 ans par exemple) et non jour après jour. Dans ce contexte, des fonds millésimés auraient du sens (mais nécessitent des encours significatifs).

  • Des solutions financières relativement sophistiquées peuvent être utilisées. Attention cependant. Sécurité, liquidité et rentabilité ne peuvent se combiner parfaitement. L’investisseur devra faire des choix et déterminer ses priorités. L’entreprise pourra aider en proposant des gammes simples avec des fonds aux profils bien identifiables. Pour beaucoup d’entreprises, il ne s’agira pas de revenir sur le fonds monétaire comme fonds par défaut. Néanmoins en sensibilisant le salarié sur les perspectives monétaires, voire obligataires, et en proposant des alternatives simples, l’entreprise limitera les encours placés en monétaires par méconnaissance.

  • L’extension de la gestion pilotée aux PEE constitue une piste intéressante puisqu’elle permettrait de contourner les limites qu’induise le choix d’un seul fonds par défaut pour tous les salariés. Ces derniers bénéficieraient d’un choix par défaut adapté à leur horizon de placement, voire à leur tolérance au risque en cas de grilles multiples. Les épargnants pourraient aussi bénéficier de fonds sous-jacents relativement sophistiqués sans complexifier leur choix.

  • Quelles que soient les solutions retenues, une prise de conscience du salarié sera nécessaire, exigeant un effort de communication de la part de l’entreprise et du teneur de compte, mais aussi un socle de connaissances économiques et financières qui font souvent défaut. Une prise de risque maitrisée s’avérera « gagnante » la plupart du temps mais nécessitera de la constance et de l’opiniâtreté de la part du salarié. Deux qualités qui ne seront obtenues qu’à la condition que le salarié agisse en connaissance de cause.

  • La persistance de taux d’intérêts bas, voire négatifs, nous obligera à poursuivre la réflexion. Cette situation, en apparence défavorable à l’épargnant, sera peut-être en définitive le catalyseur qui fera de l’épargne d’entreprise une épargne à plus long-terme, mieux investie et plus performante pour les salariés. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Page Suivante